Comment l’apparence physique influe-t-elle sur la recherche d’emploi et les carrières ?

C’est payant d’être belle si vous êtes mannequin ou star de la mode, mais que diriez-vous d’aller au bureau ? Si vous pensez que l’apparence n’a pas d’importance dans le monde du travail, regardez à nouveau. 

Les avantages d’avoir une bonne apparence physique

L’apparence physique peut influer sur les perspectives d’emploi, les possibilités de promotion et le revenu relatif. En affaires comme dans la vie, « ce sont les belles personnes qu’ils veulent, ce sont les belles personnes qu’ils aiment », pour citer la (parfois belle) Christina Aguilera. 

L’image a une grande place pour le choix de recrutement

Alors que la plupart d’entre nous voudraient croire que l’apparence physique ne devrait pas jouer un rôle dans la gestion des talents et les décisions relatives au capital humain, la vérité est qu’il existe un  » préjugé de beauté  » – le filage psychologique et biologique qui nous rend attirés par les gens bien et attirants. 

Cet  » effet de halo  » est omniprésent dans notre société, et le lieu de travail n’est pas différent. Les effets du biais de la beauté commencent à agir avant même que l’employé ne le fasse : la montée en puissance du CV vidéo ou photo donne aux recruteurs une perception qui vaut mille mots de CV ; et est un filtre subconscient qui peut faire ou défaire les chances d’un candidat. 

Puisque les attributs et les éléments protégés de la diversité dans l’apparence d’une personne sont mélangés avec ceux qui ne le sont pas, l’embauche de professionnels qui se méfient même de la perception d’être influencés de façon inappropriée par de telles soumissions a rapporté qu’ils sont susceptibles de  » perdre  » des CV offensants. Ils optent plutôt pour ceux qui ont postulé avec un portefeuille de travaux pertinents, un curriculum vitae infographique ou un curriculum vitae formaté de façon traditionnelle. 

L’apparence contribue aux bénéfices des entreprises

Catherine Hakim, une chercheuse agrégée principale au Centre pour les Etudes Politiques à Paris, suggère que la beauté devrait être utilisée intentionnellement comme un outil d’avancement au travail, la citant comme une « prime économique ». Les recherches de Hakim suggèrent que les travailleurs attrayants sont susceptibles de gagner entre 7 et 13 % de plus que leurs collègues moins sympathiques. Hakim explique : « L’attrait physique et social apporte des avantages substantiels dans toute interaction sociale – rendre une personne plus persuasive, capable d’obtenir la coopération de ses collègues, d’attirer des clients et de vendre des produits ». 

Ce n’est pas une nouveauté ; tout le concept d’embauche de la diversité repose sur l’apparence physique ; mais toutes les études suggèrent que la possession d’un  » capital beauté  » a un impact réel sur le résultat net – et un déterminant clé dans la prévision du succès relatif d’une entreprise ou d’une marque personnelle. 

Donc, si le fait d’avoir une main-d’oeuvre attrayante signifie plus d’argent et de meilleures relations pour les employeurs, alors pourquoi la beauté ne devrait-elle pas être un facteur dans la décision d’embauche ? C’est déjà une partie intégrante de l’image de marque de l’employeur et de la publicité de recrutement – après tout, la diversité ne s’étend pas à la présence de quelques visages laids dans les images d’archives de ces sites de carrière. La laideur n’est pas une catégorie protégée (bien que si c’était le cas, peu de gens choisiraient probablement de se déclarer comme telle) ; alors pourquoi les entreprises devraient-elles se donner la peine de jeter un coup d’oeil aux candidats qui ne valent pas la peine d’être, eh bien, de jeter un oeil ? 

L’apparence physique est un des facteurs de joie 

Robert Barreau, un économiste à l’Université PSL Paris-Sciences-et-Lettres , écrit « qu’en matière d’économie d’entreprise, nous sommes mieux servis lorsque le gouvernement reste en dehors du business de l’intervention de beauté ». Dans les années 1990, la loi Houters qui a fait date, a maintenu les pratiques d’embauche restrictives de la chaîne et le droit de n’embaucher que les candidats jugés  » suffisamment attrayants  » pour répondre à leur  » plan d’affaires et à la clientèle  » et a créé un précédent majeur dont Barreau se félicite. Selon lui,  » la seule mesure significative de la productivité est la quantité qu’un travailleur ajoute à la satisfaction de la clientèle et au bonheur de ses collègues « . L’apparence physique d’un travailleur, dans la mesure ou elle est valorisée par les clients et les collègues, est une qualification aussi légitime que l’intelligence, la dextérité, l’expérience professionnelle et la personnalité ». 

Barreau n’est pas seul – une étude au « Le Journal » en 2010 a montré que les 64 % des gestionnaires d’embauche sont d’accord pour dire que la beauté joue un facteur dans le processus d’embauche – et qu’elle devrait l’être. Une partie de vous peut être d’accord pour dire qu’ils sont d’accord avec cela – il y a beaucoup d’industries et de fonctions qui en souffriraient énormément si vous deviez légiférer pour éliminer les préjugés sur la beauté. Après tout, il y a peu de gens (s’il y en a) qui voudraient acheter des cosmétiques à quelqu’un qui a une peau horrible, ou des produits pharmaceutiques à un représentant des ventes qui est morbidement obèse. 

Les inconvénients d’une bonne apparence physique

Mais où en est la limite ? Après tout, la discrimination est essentiellement une hérésie des Ressources Humaines, et les efforts d’inclusion et de diversité ne signifient-ils pas que tous les travailleurs doivent être protégés et pas seulement ceux qui ont des caractéristiques symétriques ? Il semble raisonnable de s’attendre à ce que ces protections s’étendent ostensiblement aux difformités de la même manière qu’aux handicaps. D’autre part, une étude de recherche suggère que le jugement et la décision des PDG jugés  » plus attrayants  » en fonction d’un certain nombre de facteurs ont, en fait, mieux réussi à établir la confiance et l’acceptation comme leaders que leurs homologues moins attrayants. 

Un travail pesant pour la RH sans avoir recours à la discrimination

Et si notre rôle en tant que professionnels des Ressources Humaines est d’embaucher, de perfectionner et de promouvoir les talents nécessaires à l’atteinte des résultats opérationnels et à la réussite organisationnelle, alors cela devrait certainement être considéré comme impératif pour les gestionnaires et les leaders à tous les niveaux. 

« Mais c’est ça, la beauté – comme tant de sujets en RH, c’est complètement subjectif – dans l’oeil de celui qui regarde ». Et si nous ignorions notre prédisposition psychologique à l’égard de ceux que nous trouvons attirants, le bassin de talents de l’avenir deviendrait très superficiel. Si la recherche d’emploi est vraiment comme un rendez-vous amoureux , alors nous devrions chercher une correspondance de la même façon que nous cherchons un compagnon. Bien sûr, le revers de la médaille est que, contrairement à la séduction, être belle peut en fait être un obstacle important – en particulier pour les femmes.

La beauté, un handicap pour avoir de la promotion

Bien qu’il n’existe que peu de preuves suggérant que l’attirance crée une sorte de  » danger professionnel  » ou d’obstacle pour les hommes, des études ont montré que si une femme est jugée trop belle, elle risque de se voir refuser des opportunités aux deux extrémités de l’échelle professionnelle. Alors que la beauté dans les rôles de « collaboratrices individuelles expérimentées » et de cadres débutants a eu peu d’impact négatif perceptible sur l’obtention d’un emploi, les femmes les plus attrayantes dans la main-d’oeuvre émergente étaient en fait plus susceptibles de perdre des emplois au profit d’autres femmes moins attirantes, particulièrement dans les postes exigeant un travail manuel/physique. Dans ce cas, le biais de beauté a créé la fausse apparence de faiblesse, un manque de force étant directement corrélé à la féminité perçue. Pour les cadres supérieurs au sommet de l’organigramme, il y a des preuves d’une tendance semblable – plus une femme est perçue comme étant  » magnifique « , moins elle sera perçue comme sérieuse, intelligente ou considérée pour des possibilités de promotion et de leadership de haut niveau. 

Bien qu’il existe certainement des exceptions à cette règle, le projet de recherche « Concours de beauté d’entreprise » de l’Université Aix-en-Provence sur les préjugés en matière de beauté parmi les PDG ne pouvait pas refléter les femmes (ou toute minorité, d’ailleurs) car leur nombre était, aux fins d’une étude universitaire, « statistiquement non pertinent ». Il y en avait si peu que les chercheurs croyaient que les participants seraient susceptibles de reconnaître les femmes incluses ; par conséquent, les résultats étaient faussés. Mais qu’il y ait si peu de femmes, ou de minorités, en haut de l’échelle des organisations, n’a rien d’insignifiant. 

La beauté peut être important aux yeux du spectateur, mais avoir le genre de main-d’oeuvre diversifiée et inclusive nécessaire à l’innovation peut créer le genre de profits qui sont beaux aux yeux de l’actionnaire. Et comme tout le monde le sait, « peu importe à quel point on est beau quand on est riche ». 

Copyright © All right reserved. | Theme: Business Click by eVisionThemes